[Vidéo] Agroécologie - Soigneurs de terres

vendredi 5 février 2016

Lydia et Claude Bourguignon sont des biologistes reconvertis en médecins des sols. Depuis vingt-cinq ans, ils réparent les dégâts causés par l’agriculture industrielle et tentent de convaincre les paysans de changer de modèle…

Reportage de "13h15 le dimanche" sur France2, du 31 janvier 2016.

Soigneurs de terres

Les biologistes et "médecins des sols" Lydia et Claude Bourguignon répètent depuis vingt-cinq ans que moins on travaille la terre, plus elle est fertile. Un message qui ne plaît pas du tout aux tenants de l’agriculture industrielle, intensive, chimique, mécanisée à outrance…

"La forêt n’est jamais labourée et c’est pourtant un lieu de grande fertilité… Personne n’y met d’engrais, de pesticides et tout pousse, les arbres sont magnifiques, explique le biologiste des sols. Notre travail est de comprendre ce qui se passe là et c’est ce modèle qu’on essaie d’appliquer chez les agriculteurs."

Face à "une agriculture qui n’est pas durable"

"Ici, on a un morceau de bois et les champignons vont le consommer. Et ce bois devient le sol", démontre Lydia Bourguignon avec les mains pleines de cette terre naturellement fertile. Pour les deux scientifiques, qui ont quitté l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) il y a un quart de siècle, l’agriculture actuelle détruit la terre.

Le labourage intensif arase notamment les sols : "La charrue met la matière organique au fond, les argiles partent dans la rivière, la terre fond... Ici, en soixante-dix ans, on en a perdu 25 centimètres… Dans cinquante ans, on sera sur le caillou et ce champ ne pourra plus nourrir les hommes… C’est une agriculture qui n’est pas durable." Vingt-cinq centimètres de terre perdue, c’est 2 500 tonnes de terre par hectare parties remplir les cours d’eau…

Soixante-dix ans d’agriculture industrielle intensive ont épuisé les sols français. Les rendements baissent et les bonnes terres réduisent comme peau de chagrin. Produits chimiques à gogo et labours agressifs les font disparaître hectare après hectare. Et si la France, vieux pays agricole, se couvrait de champs devenus infertiles dans le prochain quart de siècle ?

La valeur nutritionnelle des fruits, légumes et céréales diminue au fil des traitements à répétition qui leur sont infligés au nom de la productivité et de la rentabilité. Et si la culture paysanne et les pouvoirs publics, contre l’avis de puissants lobbies, changeaient en profondeur pour mettre un terme à ce désastre agricole, sanitaire et environnemental ? Certains pionniers sont déjà au travail pour inverser la tendance.

Le choix de l’agro-écologie

Le magazine "13h15 le dimanche" diffusé sur France 2 a rencontré les "médecins des sols" Claude et Lydia Bourguignon. Ces biologistes affirment que "l’agriculture conventionnelle est un massacre pour les sols… Elle anéantit leur fertilité". Ils trouvent des remèdes pour soigner les terres exsangues. Jean-Christophe Bady, "repenti" de l’agriculture intensive, n’utilise ni engrais ni pesticides pour des raisons de santé et fait le choix de l’agro-écologie… sans recevoir d’aide de l’Etat.

Emmanuelle Chartoire, Clément Montfort, David Geoffrion et Mathieu Houel ont suivi également le maraîcher normand Charles-Hervé Gruyer qui exploite depuis une dizaine d’années une ferme agro-écologique de pointe, au rendement dix fois supérieur à celui d’un maraîcher classique. Les pionniers du changement sont déjà à l’œuvre, aux petits soins du bien commun des hommes, la Terre.

 

Sources :


Cet article a été publié dans la rubrique "vue d’ici, vue d’ailleurs". Celle-ci rassemble des articles n’émanant pas d’Attac 22 ou d’Attac France, mais qui nous semblent pertinent de partager pour aider à la compréhension de notre monde, découvrir des alternatives au "tout marchand", élargir ensemble « les chemins d’un autre Monde ».



Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Vous adhérez aux idées d’attac ? Adhérez à Attac !

attac adherez {JPEG}

Attac est une organisation à part : c’est un outil de réflexion et d’éducation populaire indépendant des partis et syndicats, et une association qui n’a d’autres ressources que l’énergie de ses militants, et les cotisations de ses adhérents.
Face aux enjeux actuels et à venir, donnons-nous les moyens de peser !

Adhérer à Attac,
c’est déjà agir !

- Vous pouvez adhérez dès maintenant, très facilement en adhérant en ligne ou téléchargeant le bulletin (...)